Les Contemporains de Sigmund Freud

 

Ludwig Andreas Feuerbach, 1804-1872

Philosophe allemand, disciple, puis critique de Hegel et chef de file d'un courant matérialiste, social et fort critique des religions auquel se sont joints : Marx, Engels et Bakounine.


Johann Freidrich Hebart, 1776-1841

Philosophe allemand, élève de Johann Gottlieb Fichte, il a développé une philosophie pédagogique avec une définition du profil de l’éducateur et de penseur pédagogique sur une certaine idée de l’instruction mais aussi de la psychologie fondée sur l’expérience, la métaphysique et les mathématiques. Ce philosophe a recherché à appréhender le réel par des concepts ce qui aura une influence sur l’œuvre de théorisation métapsychologique de Sigmund Freud.


Franz Brentano, 1838-1917

Philosophe et psychologue allemand puis autrichien, spécialiste de l’ontologie, l’éthique et de la philosophie du langage, il s’intéressa particulièrement au concept scolastique de la causalité propre à Aristote. Il fut le professeur de Freud à Vienne. Son œuvre a eu une influence sur le mode de pensée psychanalytique.

Carl Freidrich Wilhelm Klaus, 1835-1899

Zoologiste allemand, spécialiste des crustacés. Enseigne à Vienne.

Ernst Wilhelm Von Brüke, 1819-1892

Homme brillant et célèbre pour ses travaux de physiologie où il cherchait à représenter le psychisme par des lois physico-chimiques. Ernst Von Brücke a dirigé le laboratoire de l’Institut de Physiologie où Freud approfondissait ses recherches sur le système nerveux des poissons. Ce fut un personnage modèle pour Freud, et en retour, il lui en fut reconnaissant : Il permettra à Freud de devenir maître de conférence et lui fera rencontrer Josef Breuer avec lequel Freud approfondira ses connaissances sur l’hystérie pour rebondir vers la création de la psychanalyse

 

Martha Bernays, 1861-1951

Épouse de Sigmund Freud. Petite-fille du grand rabbin de Hambourg Chacham Isaac Bernays, homme de grande culture et fin talmudiste, Martha est une femme morale au sens noble du terme et orthodoxe au sens religieux du terme. C’est une femme droite et solide sur laquelle Sigmund Freud pourra compter dans les moments difficiles. Elle ne se mêla pas à l’aventure révolutionnaire et scientifique de son mari qui l’inquiétait un peu en regard de la charge de leurs six enfants. Ce fut donc la première à croire dans les vertus de l’homme qui était son mari : Sigmund Freud. Selon ses biographes, elle fut une femme discrète, stable et normale.

 

Theodor Hermann Meynert, 1833-1892

Ce fut l’un des plus grands neuroanatomistes et psychiatre d’Europe à son époque. Il défendit une représentation des aires fonctionnelles du cerveau ainsi que leurs liens de substance blanche. Il publia aussi une classification des troubles psychiatriques. Son stagiaire Sigmund Freud se démarqua de sa conception anatomiste des liens entre le cerveau et la pensée.


Joseph Breuer, 1842-1925

Âgé de 14 ans de plus que Freud, il est médecin effectuant des travaux de recherche à l’Institut de Physiologie dirigé par Ernst Von Brüke. Amical, il aidera financièrement le jeune ménage de Sigmund Freud. Cependant le cas Anna O. marquera une rupture théorique entre Breuer et Freud : le premier restant attaché à l’hypnose et le second s’engageant vers la voie de la psychanalyse sans pour autant que leur sympathie mutuelle en soit affectée.


Jean Martin Charcot, 1825-1893

Charcot, célèbre médecin de la Salpêtrière marquera de sa personnalité la neurologie et la psychiatrie moderne. Il applique à l’hystérie la méthode d’observation et de description méthodique empruntée à la neurologie. Il utilisait l’hypnose pour induire une attaque hystérique et mit son stagiaire Sigmund Freud sur la voie de la psychanalyse en lui confiant qu’il y avait un secret d’alcôve (sexuel) à la base de l’hystérie. Le stage de quatre mois que fit Sigmund Freud dans son service lui laissa une forte impression et l’envie de parfaire la technique.


ANNA O. Bertha Pappenheim

Cette patiente que connaissait Martha Bernays était suivie par Josef Breuer et présentait des symptômes hystériques graves que Breuer parvenait à faire disparaître par la révélation du traumatisme recouvré sous hypnose. Le traitement subit un échec lorsque Breuer tomba amoureux de sa patiente. Sans jamais avoir vu Anna O. en consultation, Sigmund Freud tirera du cas des conclusions sur l’importance de la remémoration d’évènements maintenus hors de la conscience.

Par ailleurs, du fait de ses actions militantes, cette patiente eut une grande renommée sous son véritable nom : Bertha Pappenheim. Elle dirigera un orphelinat, fondera la Ligue des Femmes Juives, réalisera des enquêtes sur la prostitution, publiera des études sociologiques et des nouvelles jusqu’à devenir une figure essentielle des luttes sociales germaniques au début du vingtième siècle, la RFA éditera un timbre commémoratif à son effigie.


Chacham Isaac Bernays, 1792-1849

Disciple du célèbre talmudiste R. Abraham Bing, puis professeur particulier de Herr Von Hirsch, il vécut à Mayence de son enseignement. Il fut élu en 1821 Grand Rabin de la communauté allemande à Hambourg. C’est un orthodoxe strict mais d’éducation moderne. Il contrôla directement les institutions religieuses et éducatives qu’il réforma en profondeur. Il introduisit un sermon en allemand dans la liturgie, puis imposa dans les écoles un enseignement en allemand, sciences naturelles, géographie et histoire dans le but d’aider les élèves à affronter la réalité de la vie. Il fut l’interlocuteur gouvernemental de sa communauté. Il laissa une réputation d’excellent orateur et de fin commentateur de la Bible, du Midrash et du Talmud, cependant, il ne laissa aucune oeuvre littéraire. Chacham Isaac Bernays est le grand père de Martha Bernays femme de Sigmund Freud. Par ailleurs, on sait peu de chose de son fils, le père de Martha qui fit faillite et fut incarcéré.


Max Kassowitz, 1862-1913

Max Kassowitz était le directeur de l’Institut Public des Enfants Malades à Vienne. Sous sa direction, Sigmund Freud fut responsable du service neurologique durant dix ans, certains de ses écrits dans le domaine neurologique ont été édités pendant cette période.


Anna Freud, 1895-1982

Elle est la benjamine des six enfants de Sigmund Freud. Au cours des années 1920 elle se joint au mouvement social et participe à la création de crèches, d’animateurs et de dispensaires. Elle entre au comité de coordination de l’Association Internationale de Psychanalyse en 1925 et publie en 1927 « l’Introduction à la psychologie de l’enfant ». Elle aborde les problèmes de l’enfance en adaptant la méthode de son père. Simultanément, Mélanie Klein élaborera sa propre méthode. Fuyant le régime Nazi grâce à la providentielle intervention de son amie Marie Bonaparte, Anna Freud émigre avec son père à Londres en 1938. Elle y fonde la Clinique d’Hampstead où elle pratique la thérapie des enfants. Par la suite elle prendra une responsabilité importante comme garante de l’orthodoxie de la pensée freudienne vis-à-vis des tensions dans l’International Psychoanalytic Association..


Auguste Ambroise Liebault, 1823-1904

Médecin contemporain de Charcot qui fonda l’École de Nancy (par opposition à l’École de Paris), il est considéré comme le fondateur de l’hypnose moderne et de l’hypnothérapie par la suggestion. Liebault considéra que l’hypnose, loin d’être un phénomène magique, magnétique ou hystérique, était un phénomène psychique normal qui se produisait dès que les conditions qu’elle requiert étaient présentes. Il eut comme collaborateurs les médecins Hyppolite Bernheim et Emile Coué. Sigmund Freud fut leur stagiaire puis fut fortement influencé par l’École de Nancy


Hippolithe Bernheim, 1840-1919

C’est un médecin interne auprès du docteur Auguste Ambroise Liebeault qui l’initie à l’hypnose, il deviendra progressivement le chef de file de l’École de Nancy qui s’opposera à la prestigieuse École de Paris dirigée par Jean Martin Charcot. Hyppolite Bernheim fit preuve d’une grande rigueur médicale et influença Freud venu pour quelques semaines de stage à Nancy en 1889. Grâce à lui Freud prit de la distance par rapport à Charcot qui faisait de l’hypnose spectaculaire par une induction morbide et artificielle auprès de sujets hystériques qui y étaient particulièrement prédisposés. Radicalement opposé à ces pratiques, Hippolithe Bernheim démontra à Sigmund Freud que la suggestibilité humaine pouvait être induite en chaque personne, ce qui permit plus tard l’élaboration de la notion de transfert. Favorablement impressionné, Sigmund Freud traduisit deux ouvrages d’Hippolithe Bernheim en allemand. 

 

Wihlelm Fleiss, 1858-1928

Suivant un conseil de Joseph Breuer, Wihlelm Fleiss médecin oto-rhino-laryngologiste rencontra Sigmund Feud à Vienne en 1887. Bien vite ils entretiennent une correspondance sur leurs travaux respectifs de 1887 à 1902 qui nous est parvenue par l’intermédiaire de Marie Bonaparte. Sur le plan scientifique, Fleiss a peu apporté à Sigmund Freud. Cependant, sur le plan littéraire cette correspondance imposait à Sigmund Freud d’élaborer une véritable pensée scientifique. Quoi que leurs points de vue convergeaient rarement, Fleiss a eu un véritable rôle de catalyseur dans l’histoire de l’élaboration de la théorie de la psychanalyse.   

 

Marie Bonaparte, 1882-1962

Princesse de Grèce et du Danemark, mariée au roi George Premier de Grèce, elle a vécu une histoire personnelle particulièrement mouvementée, ce pourquoi, elle rencontre puis suit une analyse avec Sigmund Freud. Revenue à Paris elle sera la seule du groupe Français fondateur de la Société Parisienne de Psychanalyse à avoir été formée par Sigmund Freud. Marie Bonaparte se liera d’amitié avec Anna Freud puis aura une influence importante pour le maintien de l’orthodoxie au sein de l’International Psychoanalytic Association.

Marie Bonaparte publiera une œuvre considérable dont il reste peu de choses sur le plan théorique. Elle est aussi connue pour son autobiographie et ses carnets d’enfance, mais elle est surtout reconnue par la communauté scientifique pour deux sauvetages exceptionnels. En 1938 elle rachète à un marchand toute la correspondance de Sigmund Freud avec Wihlelm Fleiss. Puis grâce à sa fortune, le prestige de ses titres de noblesse et par l’intermédiaire de l’ambassadeur américain à Vienne, elle arrache Sigmund Freud, sa femme et sa fille Anna des mains des nazis ayant annexés l’Autriche pour leur offrir un asile à Londres, les sauvant juste à temps d’une inexorable extermination.


Richard Von Kraff Ebing, 1840-1902

Le baron Von Kraff Ebing est un psychiatre austro-hongrois auteur d’une étude célèbre sur les perversions sexuelles où apparaissent les notions de sadisme et de masochisme, il est aussi expert en médecine légale et donne des conférences sur les pouvoirs de l’hypnose. Cependant le baron considérait que les perversions étaient dues à une dégénérescence contrairement à la théorie de la psychanalyse qui considère les mêmes perversions comme des phases inachevées du développement onto-phylogénique.


Alfred Alder, 1870-1937

Jeune médecin viennois, il fut l’un des tout premiers disciples à se joindre à la toute jeune Société psychologique du Mercredi. Ambitieux, il prit ombrage de la nomination de Carl Gustav Jung à la tête de l’International Psychoanalytic Association et fut insatisfait de sa propre nomination à la tête de la Société Viennoise de psychanalyse. Il fut fondateur et corédacteur avec Wihlelm Stekel de la revue Zentralblatt für Psychoanalyse. Assez rapidement, il rentra en discidence avec Freud car il considérait que la relation dominant-dominé était prépondérante par rapport à la théorie de la psychosexualité. Par la suite, il créa en 1911 son propre mouvement et s’inspira des philosophes Marx, Neitzsche et Leibniz jusqu’à parvenir à une grande notoriété médicale. La Société pour la Psychologie Individuelle qu’il dirigeait oeuvrait principalement en pédagogie , elle s’éteignit à sa disparition.


Wihlelm Stekel, 1868-1940

Jeune médecin, il consulte Sigmund Freud pour une brève analyse puis se joint à la toute jeune Société Psychologique du Mercredi. D’origine polonaise, il fondera avec Alfred Adler la revue Zentralblatt für Psychoanalyse qu’il co-dirigera jusqu’à que la première guerre mondiale mette une fin à sa diffusion. Devenu indépendant de Sigmund Freud, Stekel pratiquera une méthode d'analyse brève impliquant une participation plus active du thérapeute, pratique qui s’éteindra avec sa disparition à Londres.


Dora, Ida Bauer

Sigmund Freud publie le cas d’Ida Bauer sous le pseudonyme de Dora en 1901. Son histoire porte l’empreinte de l’hypocrisie de la société viennoise du début du vingtième siècle relativement à la sexualité et à l’adultère. Dora semblait souffrir d’une grave psychose, cependant Sigmund Freud confronté à divers symptômes diagnostiqua une hystérie. Grâce au récit de ses rêves, Sigmund Freud parviendra à reconstituer en onze semaines de consultations l’histoire refoulée de la jeune fille. Ce célèbre cas fera partie des cinq cas relatés dans l’ouvrage Fragments d’une Analyse d’Hystérie.


Paul Federn, 1870-1950

Médecin viennois, il se joint à la Société Psychologique du Mercredi dès 1903, cependant il deviendra l’un des rares analystes qui n’aura pas bénéficié de l’expérience d’une analyse personnelle avec Sigmund Freud, ce qui ne l’empêchera pas d’être apprécié par Sigmund Freud comme l’un des analystes parmi les plus doués et les plus fiables. Paul Federn assuma le suivi de la clientèle de Sigmund Freud, tant et si bien qu’en 1924 ce dernier lui demandera de prendre sa succession à la présidence de la Société Viennoise de Psychanalyse, poste qu’il assuma jusqu’en 1938. Suite à l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne Nazie, il choisit l’exil à New York où il s’installera et prendra une part importante dans la formation des premiers analystes américains. Ses travaux concernent surtout la psychose et la psychologie du moi.

 

Eduard Hitschmann, 1871-1857

Médecin viennois, il est introduit par Paul Federn à la Société Psychologique du Mercredi. Il est reconnu pour sa fidélité et son dévouement à Sigmund Freud. Il devint directeur de la Clinique Psychiatrique de Vienne, puis, fuyant l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie, via un séjour à Londres, il s’installa aux États Unis d’Amérique. Sa grande culture lui permit de s’intéresser à la psychanalyse appliquée à l’œuvre et la personnalité des grands philosophes.

Sandor Ferenczi 1871-1933

Neurologue hongrois puis psychiatre de la cour royale et établi à Budapes. Il rencontra Sigmund Freud en 1908 puis il rejoint le groupe des pionniers de la psychanalyse. Il s’intéressera aux cas les plus lourds, aux limites de la psychose. Il publiera une œuvre théorique parfois audacieuse et ouvrant la voie à des investigations inexplorées. Il collaborera avec Otto Rank puis avec Groddeck pour mettre au point une technique active, plus chaleureuse où l’analyste débat parfois librement avec l’analysant. Il a laissé une œuvre de courts textes : La Confusion des Langues entre Adultes et Enfants est le plus connu d’entre eux. Malgré ses divergences théoriques, Sandor Ferenczi sera le plus intime des collaborateurs de Freud qu’il embarrassait parfois de ses demandes d’affection.  


Karl Abraham, 1877-1925

Médecin allemand, il s’initie à la psychanalyse avec Karl Gustav Jung qu’il fréquente au Burghölzli Mental Hospital en Suisse où il exerce. Il rencontre Sigmund Freud en 1907 pour devenir un fidèle collaborateur et ami. Il fonda la Société Berlinoise de Psychanalyse en 1910. Il a été à la source de plusieurs courants comme le kleinisme, la théorie de la relation à l’objet ou la psychologie du moi. Son intérêt particulier pour les divers stades du développement psychosexuel élaboré par Freud a ouvert la porte à la psychanalyse clinique angloaméricain.

 

Max Eitingon, 1881-1943

Médecin russe diplômé à Zurich, Il exerce au Burghölzli Mental Hospital en Suisse où il collabore avec Karl Gustav Jung, il rencontre Sigmund Freud en 1907 et se forme avec lui à la psychanalyse. Élément fiable et fidèle, il se joint au comité secret à la suite à la dissidence de Carl Gustav Jung. Il rejoingnit Karl Abraham à Berlin où il développa la psychanalyse en Allemagne, puis lui succèda à la tête de l’International Psychoanalitic Association. Il participa régulièrement comme bailleur de fonds au développement du mouvement analytique. Il fut ruiné par la crise boursière de 1929 puis par la montée du nazisme antifreudien et antisémite, c’est alors qu’il émigra en Palestine pour s’installer à Jérusalem et collaborer à la création d’une Société de Psychanalyse.


Ernest Jones, 1879-1958

Médecin anglais, il se spécialise en neurologie où il prend connaissance des travaux de Sigmund Freud en 1903. Il se rend en 1908 au premier congrès de psychanalyse à Salzbourg où il rencontre enfin Sigmund Freud, puis il émigre au Canada et s’installe à Toronto. Il quittera le nouveau monde pour faire une analyse avec Sigmund Freud, analyse qu’il poursuivra avec Sandor Ferenczi pour s’installer définitivement à Londres où il s’occupera de la Société Britannique de Psychanalyse et s'impliquera dans l'International Journal of Psycho-Analysis. En plus de ses travaux personnels, on lui doit une des meilleures biographies de Sigmund Freud. Il accueillera ce dernier lors de son exil à Londres puis après sa mort, il veillera avec dévouement sur son œuvre et sa traduction comme sur l’International Psychoanalytic association.

 

Ludwig Jekels, 1867-1954

Médecin polonais, il organise une clinique en Silésie avant de rencontrer Sigmund Freud et de le prendre pour analyste pour se joindre à la Société Psychologique du Mercredi. Il s’installera à Vienne afin de poursuivre sa carrière. Il y devint un familier de Sigmund Freud puis il partit en exil dès 1935 pour s’installer à New York.

 

Abraham. A. Brill, 1974-1948

Émigré hongrois, il étudie la médecine aux États Unis d’Amérique puis se spécialise en psychiatrie au Burghölzli Mental Hospital en Suisse où il fréquente Karl Gustav Jung puis il se liera d’amitié avec Sigmund Freud avec lequel il entretiendra une correspondance. Sigmund Freud lui confiera la traduction de certaines œuvres. Brill fondera en 1911 la Société de Psychanalytique de New York où il sera considéré comme le représentant américain de Freud.

 

Karl Gustav Jung, 1875-1961

Fils d’un pasteur suisse et médecin de formation, il se spécialise en psychiatrie au Burghölzli, célèbre hôpital psychiatrique de Zurich alors dirigé par Eugen Bleuler, il y fréquentera un certain nombre de jeunes médecins en spécialisation qu’il regroupera autour de sa personnalité exceptionnelle. En 1907, il rencontre Sigmund Freud, des liens intenses se créent puis ce dernier verra en lui un fils spirituel qui pourrait prendre la tête du mouvement psychanalytique. Il devint rapidement éditeur du Jarbüch en 1908, participa au voyage aux USA en 1909, puis devint le premier président de l’International Psychanalytic Association en 1910.

Cependant, l’ascension rapide de Karl Gustav Jung masquait un différent théorique portant sur le rôle de la psychosexualité et donc une dissidence entre Freud et Jung. Dès 1912 Sigmund Freud prend ses distances avec les publications de Jung, puis l’isole en créant un comité secret jusqu’à la libération de toutes les responsabilités prises par Jung en 1914.

Karl Gustav Jung entraînera à sa suite de nombreux disciples de Freud pour former son propre mouvement plus centré sur la spiritualité. Suite aux persécutions nazies puis à l’exil des pionniers de la psychanalyse qui étaient au principal de confession ou d’origine israélite, il prit la tête de l’association allemande en 1940. Jung laissera derrière lui une œuvre littéraire considérable. Son mouvement indépendant a perduré jusqu’à ce Jour.

 

Otto Rank (né Rosenfeld), 1884-1939

Compte tenu d’une relation difficile avec son père, Otto Rank change de nom en 1903. Médecin de grande culture, brillant et persévérant, il séduisit Sigmund Freud puis devint son secrétaire particulier puis membre du comité secret chargé de veiller sur l’orthodoxie du jeune mouvement psychanalytique.

Paradoxalement, au cours des années mille neuf cent trente, il quitta le mouvement qu’il était chargé de surveiller pour créer sa propre dissidence lorsqu’il publia son livre sur le Traumatisme de la Naissance. Il voyagea beaucoup, s’établit à Paris puis aux États-Unis. Son mouvement s’éteignit avec sa personne.

 

Hanns Sachs, 1881-1947

Il n’est point médecin ce qui est exceptionnel parmi les pionniers de la psychanalyse. Fort apprécié par Sigmund Freud, il est présent aux réunions du mercredi de la Société Viennoise de Psychanalyse puis il rejoindra le comité secret destiné à veiller sur l’orthodoxie théorique du jeune mouvement psychanalytique. Il sera nommé corédacteur de la revue Imago puis suivant le conseil de Sigmund Freud, il s’installera à Berlin comme psychanalyste autodidacte où il sera reconnu comme l’un des membres de l’association la plus active d’Europe. Fuyant la persécution nazie, il s’exilera à Boston USA où il présidera l’Association de Psychanalyse de Boston.

 

Anton Von Freund

Brasseur hongrois de son état, c’est un client fortuné de Sigmund Freud qui sera souvent sollicité comme bailleur de fonds de la presse du tout jeune mouvement. Il sera ruiné par la crise économique consécutive à la première guerre mondiale.


Lou Andreas Salome (Louise Von Salomé), 1861-1937

C’est une femme allemande d’origine russe très brillante qui possède une bonne culture romantique. Écrivain de langue allemande, elle est connue pour séduire à travers l’Europe les plus grands noms littéraires de l’époque sans jamais se donner à eux. Elle deviendra la femme fatale de Paul Rée et Freidrich Nietzsche puis elle se mariera sans convoler avec Andréas puis séduira et deviendra l’égérie de Rainer Maria Rilke. Elle publiera des romans, des essais et laissera une importante correspondance de cette période.

Elle rencontrera, se soignera puis sera formée par Sigmund Freud en 1911, puis deviendra l’amie de sa fille Anna Freud pour se joindra à l’aventure du mouvement psychanalytique. Dotée d’un vif sens critique, elle participera à l’élaboration théorique de la deuxième topique puis elle laissera une abondante correspondance avec Sigmund Freud et des ouvrages sur la psychanalyse.


Romain Rolland, 1886-1944

Romain Rolland est un écrivain français à l’idéal humaniste et non-violent prononcé, il reçut le prix Nobel de littérature 1915. Il correspond avec Sigmund Freud dès 1909 jusqu’à sa rencontre en 1924 à Vienne. Il collaborera en 1923 à la mise au point de la notion de « sentiment océanique ».


Albert Einstein, 1879-1955

C’est un physicien suisse et allemand auteur de la théorie de la relativité générale en 1916. Pacifiste reconnu, Einstein est mondialement célèbre dès les années vingt, Président de la Ligue des Droits de l’Homme depuis 1928 et d’origine Israélite, il est harcelé par les nazis lorsqu’il rencontre Sigmund Freud. Sa maison de Berlin sera pillée en 1933 date à laquelle il s’exilera définitivement à Princeton aux États Unis d’Amérique.

 

Thomas Mann,1875-1955

Célèbre écrivain allemand prix Nobel de littérature 1929, il fuit dès 1933 la persécution nazie en Suisse. En 1936, il est déchu de la nationalité allemande. Connaissant les œuvres de Sigmund Freud, il dira d’Hitler : « Comme cet homme doit haïr la psychanalyse ! » Il s’exilera aux USA en 1938 puis retournera en Suisse en 1952. Son nom a été évoqué pour la présidence de la République Fédérale d’Allemagne.

Hilda Doolittle,1886-1961

Poétesse, féministe et romancière américaine, elle part en 1933 pour l’Autriche où elle rencontre puis devient la patiente de Sigmund Freud. Elle publie les mémoires de cette expérience dans Writing on the Wall (1944), le journal de son analyse, réédité en 1956 sous le titre Tribute to Freud. Son récit, très perspicace, est un précieux témoignage de l'atmosphère chaleureuse que Sigmund Freud pouvait instaurer avec des patients. Elle a ensuite fait une psychothérapie avec Melitta Schmidberger, la fille de Mélanie Klein.


Lucien Levy Bruhl, 1857-1939

Sociologue et anthropologue français, il a été l'un des collaborateurs d’Emile Durkheim. Son ouvrage La Mentalité Primitive constitue une base et une référence, encore aujourd'hui, en matière d’ethnologie, de sociologie et aussi de psychologie. Il y décrit comment fonctionne la pensée primitive et ce qui la différencie fondamentalement de la pensée civilisée.

Gestapo

Nom tiré de l’allemand « Geheime Staatspolizei » signifiant « police secrète d'État » La Gestapo était la police politique de l’Allemagne de 1933 à 1945. Elle fut condamnée comme organisation criminelle lors des procès de Nuremberg.


SA (Sturm Abteilung = Sections d'Assaut)

Les S.A. ont été fondés en 1920 par Ernst Röhm. C'est alors un service d'ordre para-militaire destiné à protéger les réunions du Parti Nazi de Hitler et destiné à perturber les réunions communistes et socialistes. Issus des corps francs de la Baltique, ils portent un uniforme : les "chemises brunes". C'est avec les S.A. que Hitler tente son putsch à Munich, en novembre 1923. Par la suite, la S.A. recrute parmi les chômeurs parfois même parmi les délinquants. Au début de 1933, au moment où Hitler arrive au pouvoir, ils sont 400.000 en Allemagne. Ils font régner à travers le pays une véritable terreur, intimidant les militants de la gauche allemande et des syndicats. Antisémites par idéologie, ils seront utilisés dans la première campagne de persécution violente à l’encontre des Juifs en 1933.

 

Maresfield Gardens

Sigmund Freud y emménagea le 27 septembre 1938 et y demeura jusqu'à sa mort à l’âge de 83 ans, le 23 septembre 1939. Fort âgé et exilé, il continua cependant de travailler : L'Homme Moïse et la Religion Monothéiste y fut achevé ainsi que son oeuvre finale Abrégé de la Psychanalyse. Parallèlement Sigmund Freud y reçut plusieurs patients en analyse. Sa fille, Anna Freud habita également la maison jusqu'à sa mort en 1982. Deux ans auparavant, elle vendit la maison aux Archives de Sigmund Freud pour qu'elle soit gérée et convertie en musée après sa disparition.

 

Salvador Dali (Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí Domènech), 1904-1989

Peintre et sculpteur surréaliste espagnol, il s’intéressa aux récits de rêves et à l'écriture automatique des surréalistes. Salvador Dalí créa la notion d’objet irrationnel à fonctionnement symbolique comme des montres molles représentant la distorsion du temps. En outre, il était passionné par les sciences, notamment par la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein qu'il a représenté à sa façon dans son tableau Persistance de la Mémoire.

L’écrivain et biographe autrichien Stefan Zweig présenta l'artiste surréaliste à Sigmund Freud le 19 juillet 1938 alors qu’il habitait 39, Elsworthy Road à Londres. Pendant leur rencontre, Dali fit un croquis à l’insu de Sigmund Freud et le dessina ensuite à la plume. Ni le croquis ni le dessin ne furent montrés à Sigmund Freud car Stefan Zweig trouvait qu'ils illustraient sa mort imminente.

 

Jarbüch Der Psychoanalyse

périodique allemand de psychanalyse. 1909-1914, 6 volumes


Zentralblatt für Psychoanalyse

périodique autrichien porte parole de la société viennoise de psychanalyse fondé par Alfred Alder et Wihlelm Steckel


Internationale Zeitschrift für Psychoanalysis

périodique allemand de psychanalyse 1913-1937, 23 volumes, mis à sac et détruit par les nazis


Imago

périodique allemand de psychanalyse spécialisé dans les sciences humaines 1912-1937, 23 volumes. Mis à sac et détruit par les nazis


Internationaler psychoanalytischer Verlag

périodique autrichien de psychanalyse, 1926-1938, 13 volumes, locaux mis à sac et détruits par les nazis


Imago Publishing Company, (IPC) 1939-1962

Suite aux destructions des organes de presse du mouvement de psychanalyse par les nazis, Sigmund Freud en exil à Londres fonda l’IPC en 1939 et la confia à John Rodker avec comme co-directeurs, Barbara Low et Martin Freud. La maison d’édition entreprit la délicate traduction de l’intégrale de l’œuvre en anglais en dix-huit volumes qui eut un grand succès.

Max Schur, 1897-1969

Médecin viennois, il s’intéressa aux conférences sur la psychanalyse, puis il prit Ruth Mack Brunswick comme analyste. Il rejoindra la Société Viennoise de Psychanalyse, puis deviendra le médecin personnel de Sigmund Freud. Il rejoindra ce dernier lors de son exil à Londres qu’il quittera après son décès pour s’installer aux États Unis d’Amérique.